Group 32.jpg
gros logo bleu.png

Le guide du kiné en libéral

Faire les meilleurs choix de gestion administrative

Juillet 2021

Selon le Rapport Démographie des Kinésithérapeutes mené par l'Observatoire de la Démographie du Conseil National de l’ONMK, 85,3 % des masseurs kinésithérapeutes inscrits au Tableau de l’Ordre exerçaient en libéral (exclusif ou mixte) en 2020. Si la manière d'exercer la kinésithérapie en libéral varie d’un cabinet à un autre - voire même d’une région à une autre avec des disparités régionales notables en matière d’accès aux soins - il est néanmoins possible de dégager de grandes tendances qui, toutes, tendent à dessiner le portrait d’un kinésithérapeute libéral débordé.

À l’intensité des rythmes de travail s’ajoute, pour les kinésithérapeutes libéraux, un lot d’exigences et de déconvenues administratives récurrentes.


Dans une étude menée en 2019 sur un panel de 511 kinés, Maddie découvrait qu’un masseur-kinésithérapeute en libéral déclarait passer une demi-journée en moyenne par semaine à s’occuper des aspects administratifs de son activité. Triste constat de la part de professionnels qui, pour la majorité, se sont orientés vers la kinésithérapie avec l’envie d’endosser le rôle de soignant plus que celui de gestionnaire.

Notre conviction est que le temps aujourd’hui dédié par les professionnels kinésithérapeutes à faire de l'administratif pourrait être réduit grâce à la mise en place d’outils et de bonnes pratiques au sein des cabinets de kinésithérapie.

Dans ce guide, Maddie donne les clés pour accompagner les libéraux masseurs-kinésithérapeutes dans l’accomplissement de leurs tâches administratives. Ce document n’a pas pour ambition d’être exhaustif. Il s'appliquera plutôt à conseiller le professionnel sur certaines thématiques clés allant de l’installation en cabinet, à la recherche de remplaçants, ou le choix d’une prévoyance de santé.

benX.png
gros logo bleu.png